Un an plus tard…le temps du bilan !

varibarri_c1

Il y a un an, je décidais, sur un coup de tête, d’ouvrir ce blog pour partager mes différentes critiques d’otome games et mes réflexions sur un genre de jeu que j’apprécie énormément. Je ne pensais pas que je tiendrais un an, n’étant pas confiante dans mon écriture. J’avais aussi peur d’arriver rapidement un peu à saturation, d’avoir fait le tour. En réalité, c’est rapidement devenu un plaisir d’écrire des critiques même si certains titres sont probablement peu ou pas accessibles du fait de leur ancienneté. C’est pourtant une chose que j’apprécie, les otome games ayant une longue histoire et que ce n’est pas toujours inutile de revenir sur des titres qui ont façonné le genre, à leur manière.

Alors, que retenir de cette année ? Déjà, ce fut la première où j’ai autant joué à des otome games, et ça depuis longtemps. La dernière fois, ça devait être en 2013 ou 2014. Par la suite, j’ai eu un gros blackout et j’ai repris les otomes début 2017. Il est temps de vous donner la liste des titres joués en 2018 :

  • Ken ga kimi (entamé en 2017 mais fini début 2018) : Un chef d’oeuvre tout simplement. J’ai rarement vu un otome game aussi soigné autant sur la narration, l’écriture et les personnages. Vous le savez, Ken ga kimi est devenu une référence pour moi et je vous encourage vivement à découvrir le jeu. 
  • Fortissimo : Dans la catégorie « Elesia passion seiyuu », Fortissimo montre une nouvelle fois que non, ce n’est pas parce que il y a des seiyuus super cools que le jeu sera bien. La narration pauvre n’aide pas un jeu qui possède pourtant un beau potentiel. Clairement ma déception de l’année et encore heureux, j’ai pu acheter la version limitée au prix de l’édition normale. 
  • If God were to exist in this world : Rarement un otome game aura cristallisé autant de problématiques. Acquis pour une poignée d’euros, je ne regrette absolument pas de m’être plongé dans une histoire aussi dramatique qu’intéressante. Clairement le jeu le plus ambitieux de Rejet mais définitivement pas à mettre entre toutes les mains. 
  • Psychedelica of the Black Butterfly : Vous me connaissez, je soutiens activement (enfin quand les titres me plaisent, je ne suis pas à ce point maso non plus) les localisations anglaises. Premier titre localisé par Aksys en 2018, Psychedelica of the Black Butterfly est un otome original par sa construction scénaristique qui n’est pas passé loin d’être un chef d’oeuvre. A découvrir sur PSVita et Steam depuis novembre 2018. 
  • 7’scarlet :  Parmi les localisations anglaises de 2018, 7’scarlet est le titre qui m’intéressait le plus. Sans parler de déception, je n’ai pas été entièrement conquise par ce titre qui, une nouvelle fois, fait la part belle à son scénario. 
  • Kenka Bancho Otome : Ma plus grosse claque de l’année, peut-être même de ces dix dernières années. Je pèse mes mots. J’en attendais pas grand chose de Kenka Bancho Otome et j’avais un peu peur de la misogynie ambiante…c’est au contraire l’otome le plus safe et le plus féministe jamais sorti. A faire absolument !
  • Side Kicks! : J’en attendais beaucoup de ce titre, notamment à la lecture des critiques qui le disait bien meilleur que 7’scarlet. Au final, c’est assez triste à dire mais je l’ai trouvé moins bon. Malgré une histoire qui démarre en fanfare, le scénario ne décolle jamais vraiment, sauf dans sa seconde partie. 

Commencés mais non terminés :

  • Yuukyuu no Tierblade : je n’ai pas l’habitude de dropper mes jeux mais pour celui-là, ce fut une exception. Après un début prometteur, l’écriture lourde et peu engageante m’ont rapidement découragé. Promis, je le finirai en 2019, ne souhaitant pas rester sur une mauvaise impression. 
  • Ken ga kimi : momoyo tsuzuri : J’ai commencé le fandisc courant 2018 et j’y joue par sessions. D’une qualité rare, je freine des quatre fers pour ne pas avoir à le terminer. Cependant, il faudra bien que je dise un jour aurevoir à Tsuzu et sa bande…
  • KLAP – Kind love and punish : Un titre plutôt frais que j’aurai du tracer plutôt que d’arrêter en plein milieu. D’un autre côté, je me dis que ça ferait un bon décompresseur après Piofiore no Banshou. 
  • Piofiore no Banshou : J’avais initialement pré-commander ce jeu puis, ayant un peu peur d’un foirage total, j’ai préféré attendre les reviews. Pas mal de mutuals sur twitter (coucou KyuMyMiracle et son magnifique blog Otomeland) ont donné leur chance au jeu et progressivement la hype est montée. Rien de mieux que de terminer l’année sur un bon gros drama des familles avec des mafieux 🙂

Quoi de prévu pour 2019 ?

Vous avez pu le constater, je suis relativement très lente à jouer à des otome games. J’ai beau faire genre « oui oui je maîtrise le japonais » et tout, je reste une grosse bouse qui peut mettre six mois à finir un jeu, simplement parce que je peux rarement enchainer des lectures de 2h de japonais non stop. Il faut vraiment que ce soit du japonais basique et très scolaire pour que ça passe tout seul comme une crème…en moyenne, selon ma motivation et mon temps libre, c’est 2 à 3 mois de lecture pour finir un otome game. Ca peut être moins comme Kenka Bancho Otome que j’ai terminé en 3 semaines et ça peut être beaucoup plus comme Ken ga kimi qui m’a pris pratiquement 6 mois. 

Vous vous en doutez, mon backlog est un enfer. Donc pour 2019, j’ai commencé à établir une feuille de route qui va forcément exploser dans l’année. Déjà, comptez 4/5 mois finir ce que j’ai commencé (parce que je finis TOUJOURS mes otome games, oui je suis tarée). Pour le reste, sachez que j’ai déjà deux pré-commandes :

  • Kenka Bancho Otome 2nd Rumble. Parce que le premier jeu m’a mise une claque monumentale. Genre, c’est devenu mon second otome game préféré. La date de sortie est pour mars 2019 et j’ai évidemment sauté sur le collector de Stella Worth. Vous vous attendiez à quoi venant de moi ?
  • Variable Barricade. J’ai pris l’édition Stella Worth pour tester ce genre de collector. Entre temps le jeu a été repoussé…Grosse hype et je vais tenter d’en faire mon otome game de l’année. 

Et ensuite ? Oh bah…déjà je vais essayer de dépoussiérer un peu la PSP et la PS2 pour vous proposer pleins de reviews de titres qui m’ont marqué (en bien ou en mal…). Je ne vous cache pas, l’année va être difficile avec le CAPES Doc en ligne de mire et une situation professionnelle qui évolue. Du coup si j’arrive à faire genre cinq otome games dans l’année (ce qui me parait beaucoup…si on part du principe qu’il me faut deux mois pour en faire un) ça sera très bien ! 

Conclusion

Je vous remercie, lectrices et lecteurs de lire mon blog. Je n’ai aucun mérite d’écrire de telles croutes. Je fais ça d’avantage pour moi que pour ls gens, souhaitant simplement partager ce que j’aime. Je donne l’impression d’être assez dure dans mes critiques, comparées aux japonaises qui aiment tout et n’importe quoi mais je vous rassure, je recherche à chaque fois la perle rare. Merci encore de me lire et à l’année prochaine ^_^

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s